Elvis Perkins - In Dearland (2009)

Publié le par Teabag

Après un premier album en forme de révélation sur lequel il exprimait un romantisme fragile avec douceur, Elvis Perkins revient entouré de trois musiciens qui l'ont accompagné sur les routes de sa tournée pour ce second opus. Si le songwriter américain a conservé sa qualité d'écriture, les arrangements se font maintenant plus imposants et électrisés alors que les rythmiques sont également plus marquées. Même si les textes reflètent toujours une noirceur revendiquée, l'atmosphère générale est ici plutôt chaleureuse et tout le disque repose sur ce paradoxe. Alors que des mélodies lumineuses tendraient à montrer qu'il s'est débarrassé des tourments qui l'accablaient, Elvis Perkins chante toujours la mort et le désespoir. Il ballade sa voix trainante avec élégance tout au long des dix titres de la galette mais le charme et la douceur qui prédominait sur son album précédent ont cédé leur place à plus d'énergie et de lumière. Si le quatuor constitué pour Elvis Perkins In Dearland réunit sans conteste des musiciens de talent, le disque ne possède pas la magie et la fragilité d'Ash Wednesday.

Titres favoris: Shampoo - Doomsday

A découvrir aussi: Ash Wednesday (2007)

Avis:

Publié dans Chroniques de disques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Bonjour par ici, je viens de découvrir ton blog et ta chronique.Cet album, différent du 1er, et plus lumineux, bien que toujours aussi mélancolique est pour moi une réelle réussite.
Répondre